Non classé

FLASH LABO : REMBOURSEMENT DES TESTS SEROLOGIQUES COVID 19 A PARTIR DU 30 MAI 2020

FLASH LABO : Avis de l’HAS sur la stratégie d’usage des tests sérologiques COVID 19

Pour la HAS, « il est primordial que ces tests ne soient utilisés qu’à des fins médicales, dans le cadre d’une prise en charge individuelle. Des utilisations a des fins collectives, telles que l’organisation du travail au sein d’une entreprise ou l’aide au déconfinement, ne sont pas envisageables »

 

Pour voir l’avis complet :

 

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-05/rapport_indications_tests_serologiques_covid-19.pdf

Délai Poste

Pour la semaine du 30 mars au 4 avril : Le départ du courrier ne sera assuré par la Poste que le mercredi 1er avril et le jeudi 2 avril.

 

Pour récupérer vos résultats plus rapidement, le laboratoire vous propose de les récupérer sur le serveur de résultats.

 

N’oubliez pas de le signaler à votre infirmière à domicile et de lui donner votre numéro de portable (indispensable pour se connecter au serveur de résultats).

Dépistage du VIH

A qui proposer un test ELISA sans ordonnance ? Ou avec c’est mieux.

  • Aux hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), aux femmes et hommes hétérosexuels nés en Afrique sub–Saharienne et dans les Territoires français d’Amérique (TFA) et aux usagers de drogues injectables (UDI) s’il ne se sont pas fait dépister depuis 1 an.
  • Pour les autres patients de 15 à 70 ans, il faut proposer le dépistage si cette personne ne s’est jamais faite dépister.
  • A tout patient présentant des symptômes de primo-infection à VIH, d’infections opportunistes ou d’autres maladies « indicatrices » du VIH.
  • Et aussi en cas d’exposition à haut risque sexuel / sanguin ou professionnel

 

Signes, symptômes et pathologies évocatrices et pour lesquelles un test de dépistage doit être systématiquement demandé

  • Signes compatibles avec une primo-infection

Signes cliniques compatibles avec un syndrome viral aigu persistant (fièvre, arthralgie, pharyngite, myalgie, asthénie) plus ou moins associé à une polyadénopathie, à des manifestations cutanéo-muqueuses (éruption cutanée maculo-papuleuse, ulcérations buccales et/ou génitales) et/ou neurologiques (céphalées, mononévrite etc.) et/ou troubes digestifs (diarrhées, amaigrissement etc.)

Ou anomalies biologiques : hématologiques (thrombopénie, neutropénie, hyperlymphocytose dans le cadre d’un syndrome mononucléosique ou lymphopénie précoce) plus ou moins associées à une cytolyse hépatique.

  • Découverte de pathologies opportunistes telles que décrites au stade C de la classification CDC ou dans le cadre d’autres maladies indicatrices (Source : Etude européenne HIDES, pathologies associées à une prévalence d’infection à VIH non diagnostiquée > 0,1 %).

Semaine nationale de l’hémochromatose (6 au 10 juin 2017)

Les laboratoires d’analyses médicales apportent leur soutien à la Fédération française des associations de malades de l’hémochromatose (FFAMH) pour sa campagne DETECT/FER.
 

hémochromatose

Allergie respiratoire

Allergie respiratoire

Les maladies allergiques comme la rhinite et l’asthme allergique sont fréquents car les allergies se retrouvent partout.

A l’intérieur du domicile, les allergies sont présentes toute l’année : ce sont les acariens, les poils de chats, les moisissures….

Dans l’environnement extérieur, les pollens sont les principaux responsables entre janvier et octobre, en fonction des régions.

En Mai, Juin, Juillet les principaux pollens responsables sont les graminées. (g6)

Fiche Mémo : Rhinopharyngite

Le but de cette fiche mémo est de favoriser la prescription appropriée d’antibiotiques, afin de diminuer les résistances bactériennes pouvant conduire à des impasses thérapeutiques. Le choix de l’antibiotique, sa dose et sa posologie sont les éléments à prendre en compte pour une prescription adaptée.

rhino-angine_adulte

 

 

SOURCE : http://www.has-sante.fr

Changement des flacons de recueil des urines pour ECBU

L’examen cytobactériologique des urines (ECBU) permet de confirmer l’infection urinaire et d’identifier l’agent responsable à condition que l’urine recueillie reste de qualité (exempt de contamination et de prolifération bactérienne) jusqu’à son arrivée au laboratoire.

Dans ce but, le laboratoire a décidé de remplacer les flacons rouges actuels – avec ou sans borate – par un système clos avec canule intégrée au couvercle du pot de recueil (bleu) permettant le transfert de l’urine directement dans un tube (kaki) sous vide contenant du borate bactériostatique.

ecbu

Le système clos réduit les risques de contamination de l’échantillon.

L’additif présent dans le tube maintient l’intégrité biologique de l’échantillon à température ambiante jusqu’à 48 heures pour les analyses de microbiologie et cytologie.

Une fiche accompagnera ce matériel pour expliquer aux patients comment procéder au transfert de l’urine dans le tube à partir de pot de recueil.

Vidéo : Hépatites virales B et C

Comment dépister, diagnostiquer et suivre le traitement des hépatites virales B et C

Recherche de Zika

Le journal officiel du 3/4/2016 a publié un arrêté du ministère de la Santé modifiant la liste des actes et prestations, sur avis de la HAS, pour le diagnostic biologique direct précoce du virus Zika par détection génomique en RT-PCR.

 

Infection par le virus Zika

 

Le diagnostic biologique de l’infection à virus Zika n’est pris en charge que dans les situations suivantes :

 

–  Symptomatologie évocatrice chez un patient revenant d’une zone de transmission du virus Zika ;

–  Symptomatologie évocatrice chez un patient se trouvant dans une zone de transmission du virus Zika pendant une période d’activité du vecteur ; en phase épidémique, l’indication du diagnostic biologique est limitée notamment aux formes neurologiques graves, aux femmes enceintes et aux nouveau-nées.

 

Entre J0 et J7, la recherche par RT-PCR peut être réalisée dans le sang et/ou les urines. Entre J7 et J10, la recherche par RT-PCR peut être réalisée dans les urines uniquement. A partir de J5, le test sérologique peut être réalisé.

Les renseignements cliniques et chronologiques (date de début des signes cliniques ; date du prélèvement), indispensables à l’interprétation des résultats, sont obligatoirement consignés dans la fiche de renseignement clinique.