Dépistage du VIH

A qui proposer un test ELISA sans ordonnance ? Ou avec c’est mieux.

  • Aux hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), aux femmes et hommes hétérosexuels nés en Afrique sub–Saharienne et dans les Territoires français d’Amérique (TFA) et aux usagers de drogues injectables (UDI) s’il ne se sont pas fait dépister depuis 1 an.
  • Pour les autres patients de 15 à 70 ans, il faut proposer le dépistage si cette personne ne s’est jamais faite dépister.
  • A tout patient présentant des symptômes de primo-infection à VIH, d’infections opportunistes ou d’autres maladies « indicatrices » du VIH.
  • Et aussi en cas d’exposition à haut risque sexuel / sanguin ou professionnel

 

Signes, symptômes et pathologies évocatrices et pour lesquelles un test de dépistage doit être systématiquement demandé

  • Signes compatibles avec une primo-infection

Signes cliniques compatibles avec un syndrome viral aigu persistant (fièvre, arthralgie, pharyngite, myalgie, asthénie) plus ou moins associé à une polyadénopathie, à des manifestations cutanéo-muqueuses (éruption cutanée maculo-papuleuse, ulcérations buccales et/ou génitales) et/ou neurologiques (céphalées, mononévrite etc.) et/ou troubes digestifs (diarrhées, amaigrissement etc.)

Ou anomalies biologiques : hématologiques (thrombopénie, neutropénie, hyperlymphocytose dans le cadre d’un syndrome mononucléosique ou lymphopénie précoce) plus ou moins associées à une cytolyse hépatique.

  • Découverte de pathologies opportunistes telles que décrites au stade C de la classification CDC ou dans le cadre d’autres maladies indicatrices (Source : Etude européenne HIDES, pathologies associées à une prévalence d’infection à VIH non diagnostiquée > 0,1 %).