Actualités

Flash-Labo : Grippe

La Franche-Comté a franchi le seuil épidémique de la grippe cette semaine

 

En France, la période grippale est principalement concentrée de Novembre/Décembre à Février. Cependant tout comme l’année dernière, cette année l’épidémie de grippe arrive assez tardivement.

 

L’incubation dure entre 1 et 7 jours.

 

Les signes (toux, fièvre, courbatures) durent entre 5 et 10 jours.

▪ Le malade est contagieux 24 à 48 heures avant l’apparition des signes cliniques et le reste pendant la période symptomatique de la maladie. Il peut donc potentiellement contaminer plusieurs personnes pendant maximum 12 jours.

▪ Le virus se transmet essentiellement par voie aérienne lors des contacts rapprochés. Les espaces confinés favorisent sa transmission comme les centres hospitaliers ou médicalisés.

 

La symptomatologie clinique est très peu spécifique et peut recouvrir de nombreux autres virus des voies aériennes supérieures (rhinovirus, adénovirus…).

La recherche de l’agent étiologique est capitale :

  • en cas de forme clinique sévère
  • chez les personnes à risque :
    • Enfant < 2 ans
    • Grossesse
    • Maladie chronique
    • > 65 ans (facteur de décompensation respiratoire)
  • pour détecter précocement et endiguer une éventuelle épidémie

 

Le virus :

 

 Cette année est marquée par une co-circulation des virus A et B : prédominance des virus A(H1N1)pdm09 et B/Victoria. Parmi les prélèvements réalisés par les médecins sentinelles des pays européens participant à la surveillance, 6 046 virus grippaux ont été détectés :

− 68% de virus de type A : 35% A(H1N1)pdm09, 30% A(H3N2) et 3% A non sous-typés

− 32% de virus de type B : 9% virus B/Victoria et 23% B sans lignage déterminé

 

Pourquoi le diagnostic rapide de la grippe est essentiel

  • Environ 2,5 millions de patients touchés
  • 1 500 à 2 000 décès annuel (95% des décès concernent des patients âgés de plus de 65 ans)
  • Poids socio-économique élevé : 2 millions de journées d’arrêt de travail chaque année

-> Afin de limiter la propagation des infections grippales, des tests appropriés sont donc nécessaires pour avoir un diagnostic précis et rapide

 

En pratique

La détection précoce et efficace de la grippe occupe une place très importante dans le contrôle des épidémies de grippe. Le diagnostic rapide et fiable permet d’isoler le patient, adapter son traitement et de limiter la contagion aux autres patients et réduire la mortalité

C’est pourquoi nous avons mis en place cette année le diagnostic par PCR (ID NOW™ Influenza A & B 2)

  • Détection précoce
  • Résultats rendu le jour même
  • Fiable : Détecte jusqu’à 42% de plus de vrais positifs que les tests rapides

 

La prévention pour diminuer le risque de grippe :

 

La vaccination est la meilleure façon de se protéger de la grippe et de ses complications. Un délai de 15 jours après la vaccination est nécessaire pour être protégé.

Les bons gestes contre les virus de l’hiver

− Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique

− Tousser ou éternuer dans son coude

− Utiliser un mouchoir à usage unique

− Porter un masque jetable quand on présente un syndrome grippal, en particulier au contact des personnes fragiles

 

Allergie

Information du RNSA concernant les alertes polliniques du JURA :

Nouvelle technique : diagnostic du virus de la grippe par biologie moléculaire

 

Nous vous informons du changement de technique pour le diagnostic du virus de la grippe.

 

Le diagnostic est dorénavant réalisé par une technique de biologie moléculaire basée sur la détection de l’ARN du virus grippal. Cette technique est plus sensible (sensibilité supérieure à 96%) que les tests rapides d’orientation diagnostique de la grippe (TROD), ce qui diminue le risque de faux négatif. En effet, la sensibilité moyenne des TROD n’est que d’environ 62.3% [1].

Le résultat, en cas de positivité, précisera le type (A et/ou B) du virus grippal.

 

Autre avantage de la biologie moléculaire, le seuil de détection (DICT ou Dose de virus infectant 50% des cellules) est nettement amélioré par rapport aux TROD.

 

En pratique pour le diagnostic biologique de la grippe :

 

  • Site de prélèvement : Écouvillonnage nasal ou nasopharyngé avec un écouvillon eSwab™ rose (cf vidéo sur le NJEM [2]) puis casser l’écouvillon dans le milieu de transport.
  • Condition de transport : 8h à température ambiante – 72h réfrigéré
  • Délai de rendu du résultat : 24h maximum
  • Coût : 10 euros hors nomenclature

 

D’après le bulletin épidémiologique du 08/01/2020 de Santé Publique France [3], nous entrons en phase pré-épidémique avec une co-circulation des virus grippaux de type A et de type B.

 

Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information.

 

 

 

 

[1] https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Le_point_sur_reperes_TROP_grippe.pdf

[2] Collection of Nasopharyngeal Specimens with the Swab Technique https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe0903992

[3] Grippe – Bulletin hebdomadaire 08/01/2020 semaine 01 Santé Publique France

 

 

Bonne année !!!

La grippe arrive !!!

Les laboratoires Medilys vous proposent de faire un test rapide de dépistage du virus de la grippe.

 

Résultat rendu dans la journée.

SMS INR pour les infirmier(e)s

Les laboratoires Medilys remettent en route le service de rendu de résultat INR pour les infirmier(e)s à partir du lundi 16 septembre 2019.

Vous recevrez un courrier vous expliquant la marche à suivre pour bénéficier à nouveau du suivi de vos patients par SMS.

 

Les 20 missions du biologiste

Sous l’impulsion du Conseil National Professionnel de Biologie médicale, un travail commun avec l’Ordre des Médecins et la section G de l’Ordre des Pharmaciens a abouti à un document de référence listant les 20 missions principales du biologiste médical.
Il s’agit d’un socle à partir duquel la profession doit inventer son avenir.

 

Source : https://www.biologie-elearning.fr

Liens : https://www.biologie-elearning.fr/wp-content/uploads/2019/06/Cnp-bm_2019-les_principales_missions_du_biologiste_medical_doc_signe-mailing.pdf

 

Dépistage du VIH

A qui proposer un test ELISA sans ordonnance ? Ou avec c’est mieux.

  • Aux hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), aux femmes et hommes hétérosexuels nés en Afrique sub–Saharienne et dans les Territoires français d’Amérique (TFA) et aux usagers de drogues injectables (UDI) s’il ne se sont pas fait dépister depuis 1 an.
  • Pour les autres patients de 15 à 70 ans, il faut proposer le dépistage si cette personne ne s’est jamais faite dépister.
  • A tout patient présentant des symptômes de primo-infection à VIH, d’infections opportunistes ou d’autres maladies « indicatrices » du VIH.
  • Et aussi en cas d’exposition à haut risque sexuel / sanguin ou professionnel

 

Signes, symptômes et pathologies évocatrices et pour lesquelles un test de dépistage doit être systématiquement demandé

  • Signes compatibles avec une primo-infection

Signes cliniques compatibles avec un syndrome viral aigu persistant (fièvre, arthralgie, pharyngite, myalgie, asthénie) plus ou moins associé à une polyadénopathie, à des manifestations cutanéo-muqueuses (éruption cutanée maculo-papuleuse, ulcérations buccales et/ou génitales) et/ou neurologiques (céphalées, mononévrite etc.) et/ou troubes digestifs (diarrhées, amaigrissement etc.)

Ou anomalies biologiques : hématologiques (thrombopénie, neutropénie, hyperlymphocytose dans le cadre d’un syndrome mononucléosique ou lymphopénie précoce) plus ou moins associées à une cytolyse hépatique.

  • Découverte de pathologies opportunistes telles que décrites au stade C de la classification CDC ou dans le cadre d’autres maladies indicatrices (Source : Etude européenne HIDES, pathologies associées à une prévalence d’infection à VIH non diagnostiquée > 0,1 %).

Chlamydia Trachomatis

Réévaluation de la stratégie de dépistage des infections à Chlamydia Trachomatis

 

La HAS recommande :

  • Un dépistage systématique des femmes sexuellement actives de 15 à 25 ans (inclus), y compris les femmes enceintes
  • Un dépistage opportuniste ciblé

Les tests de dépistage recommandés restent les tests d’amplifications des acides nucléiques (TAAN) marqués CE, incluant le duplex Ct/NG pour le dépistage de la co-infection Ct/NG. Chez la femme, l’échantillon vaginal (prélèvement par un clinicien) est préféré au prélèvement urinaire.

Le dépistage doit être répété annuellement en cas de test négatif et de rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire. En cas de test positif, le dépistage doit être répété à 3-6 mois et tous les trois mois pour les HSH.

 

Source : HAS

 

Prise en charge de l’anémie ferriprive

 

Source : Société Nationale Française de Gastro-Entérologie (SNFGE) : https://www.snfge.org/download/file/fid/3372