Actualités

Le point sur les serologies SARS COV

 

Cinétique : état actuel des connaissances

 

Les études actuelles montrent l’apparition d’anticorps selon la cinétique suivante :

  • IgG : 10 à 21 jours après l’apparition des symptômes
  • IgM : 5 à 10 jours après l’apparition des symptômes
  • IgA : ont également leur place dans la sérologie avec une apparition plus précoce et une sensibilité qui semble être meilleure que celles des IgM (1), (2), (3).

 

Intérêts et indications du test :

 

Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de recommandations de société savantes ou des autorités. Cependant, certains axes d’utilisation de la sérologie se dégagent :

 

  • Epidémiologique :

La sérologie pourrait être une aide à la stratégie organisationnelle des soins au sein des établissements de soins selon les recommandations du CPIAS local car elle met en évidence le contact avec le virus.

L’interprétation devra tenir compte des fenêtres sérologiques présentées ci-dessus.

 

  • Diagnostic :

 

1/ Augmentation de la sensibilité de la PCR

Les données actuelles montrent que la sérologie couplée à la RT-PCR améliore la sensibilité diagnostique après la première semaine des symptômes. En effet, la sensibilité de la PCR est optimale dans les premiers jours qui suivent le début des symptômes mais diminue avec le temps (1)

La sérologie n’est pas recommandée dans le cadre du diagnostic précoce lors de la première semaine de symptômes (4).

 

2/ Diagnostic rétrospectif

La sérologie permet de documenter un épisode suspect chez un patient n’ayant pas pu bénéficier d’un test RT-PCR. Pour une sensibilité optimale, la sérologie sera réalisée 21 jours après le début des symptômes.

 

 

ATTENTION :

  • Aucune indication de dépistage en masse n’a été définie pour le moment
  • Aucune doctrine nationale n’a encore été établie. La stratégie d’utilisation doit être définie par l’HAS dans un prochain avis.
  • Les données actuelles sur l’immunité conférée par les IgG sont insuffisantes. Le titre d’anticorps nécessaire pour assurer une protection est inconnu ainsi que la durée de protection (4).
  • Les tests sérologiques ne permettent pas de statuer sur la contagiosité du patient.

En effet, la séroconversion ne s’accompagne pas d’une baisse de charge virale. Il n’y a pas de corrélation établie entre production d’anticorps et présence du virus infectieux (4)

  • Le déploiement des sérologies dans les collectivités ou entreprises devra s’inscrire dans un cadre défini par l’autorité publique.

 

 

Techniques : performances et interprétations :

 

En l’état actuel des connaissances, les Tests Rapides d’Orientation Diagnostic (TROD) Covid 19 sur sang total ne doivent pas être utilisés (5).

 

Plusieurs techniques sur sérum sont disponibles : tests immun chromatographiques, ELISA, CMIA.

Les performances des tests utilisés doivent être conformes au cahier des charges HAS (4) notamment pour les exigences en sensibilité et spécificité des méthodes.

 

Une interprétation doit être associées aux résultats prenant en compte l’état des connaissances sur la cinétique des anticorps, les performances actuelles de la sérologie et les méthodes utilisées.

 

Nous sommes en attente de la validation du Centre National de Référence du COVID 19. En effet, le CNR compare les différentes techniques sérologiques qui sont sur le marché et nous attendons les conclusions de ces études, afin d’être en mesure de vous rendre les meilleurs résultats.

 

En pratique :

 

Médilys sera en mesure de réaliser les tests sérologiques très prochainement.

En effet, devant les difficultés actuelles rencontrées pour obtenir des réactifs, Médilys prévoit d’installer les protocoles sur 3 automates de fournisseurs différents, afin de réaliser le dépistage sérologique complété ou pas avec la recherche PCR.

Médilys attend les recommandations du CNR Covid-19, les recommandations du gouvernement, et l’attente du remboursement CPAM.

Medilys ne veut pas faire payer aux patients des tests qui ne sont pas complétement validés par les différentes commissions.

 

 

Les biologistes du laboratoire MEDILYS

 

 

Bibliographie :

Note d’Information : Infirmière

Allergie

Information du RNSA concernant les alertes polliniques du JURA :

SMS INR pour les infirmier(e)s

Les laboratoires Medilys remettent en route le service de rendu de résultat INR pour les infirmier(e)s à partir du lundi 16 septembre 2019.

Vous recevrez un courrier vous expliquant la marche à suivre pour bénéficier à nouveau du suivi de vos patients par SMS.

 

Les 20 missions du biologiste

Sous l’impulsion du Conseil National Professionnel de Biologie médicale, un travail commun avec l’Ordre des Médecins et la section G de l’Ordre des Pharmaciens a abouti à un document de référence listant les 20 missions principales du biologiste médical.
Il s’agit d’un socle à partir duquel la profession doit inventer son avenir.

 

Source : https://www.biologie-elearning.fr

Liens : https://www.biologie-elearning.fr/wp-content/uploads/2019/06/Cnp-bm_2019-les_principales_missions_du_biologiste_medical_doc_signe-mailing.pdf

 

Dépistage du VIH

A qui proposer un test ELISA sans ordonnance ? Ou avec c’est mieux.

  • Aux hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), aux femmes et hommes hétérosexuels nés en Afrique sub–Saharienne et dans les Territoires français d’Amérique (TFA) et aux usagers de drogues injectables (UDI) s’il ne se sont pas fait dépister depuis 1 an.
  • Pour les autres patients de 15 à 70 ans, il faut proposer le dépistage si cette personne ne s’est jamais faite dépister.
  • A tout patient présentant des symptômes de primo-infection à VIH, d’infections opportunistes ou d’autres maladies « indicatrices » du VIH.
  • Et aussi en cas d’exposition à haut risque sexuel / sanguin ou professionnel

 

Signes, symptômes et pathologies évocatrices et pour lesquelles un test de dépistage doit être systématiquement demandé

  • Signes compatibles avec une primo-infection

Signes cliniques compatibles avec un syndrome viral aigu persistant (fièvre, arthralgie, pharyngite, myalgie, asthénie) plus ou moins associé à une polyadénopathie, à des manifestations cutanéo-muqueuses (éruption cutanée maculo-papuleuse, ulcérations buccales et/ou génitales) et/ou neurologiques (céphalées, mononévrite etc.) et/ou troubes digestifs (diarrhées, amaigrissement etc.)

Ou anomalies biologiques : hématologiques (thrombopénie, neutropénie, hyperlymphocytose dans le cadre d’un syndrome mononucléosique ou lymphopénie précoce) plus ou moins associées à une cytolyse hépatique.

  • Découverte de pathologies opportunistes telles que décrites au stade C de la classification CDC ou dans le cadre d’autres maladies indicatrices (Source : Etude européenne HIDES, pathologies associées à une prévalence d’infection à VIH non diagnostiquée > 0,1 %).

Chlamydia Trachomatis

Réévaluation de la stratégie de dépistage des infections à Chlamydia Trachomatis

 

La HAS recommande :

  • Un dépistage systématique des femmes sexuellement actives de 15 à 25 ans (inclus), y compris les femmes enceintes
  • Un dépistage opportuniste ciblé

Les tests de dépistage recommandés restent les tests d’amplifications des acides nucléiques (TAAN) marqués CE, incluant le duplex Ct/NG pour le dépistage de la co-infection Ct/NG. Chez la femme, l’échantillon vaginal (prélèvement par un clinicien) est préféré au prélèvement urinaire.

Le dépistage doit être répété annuellement en cas de test négatif et de rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire. En cas de test positif, le dépistage doit être répété à 3-6 mois et tous les trois mois pour les HSH.

 

Source : HAS

 

Prise en charge de l’anémie ferriprive

 

Source : Société Nationale Française de Gastro-Entérologie (SNFGE) : https://www.snfge.org/download/file/fid/3372

Recueil des Urines

Les laboratoires MEDILYS vous présentent une vidéo sur le recueil des Urines :

 

Biotine

Dans le cadre de votre traitement pour votre SEP vous avez peut-être un médicament à base de BIOTINE à haute dose. (Qizenday R, Cerenday R)

Vous devez le signaler à votre biologiste médical réalisant vos analyses car la biotine à haute dose peut interférer avec le dosage de certains examens et conduire à des résultats non interprétables.

Certains suppléments vitaminiques (Berocca R, Supradyne R, Soluvit R…) contiennent aussi de la biotine mais en faible quantité, cette concentration est trop faible pour créer une interférence.